Construire une vie harmonieuse au travail

Fais de ta vie un rêve, et d'un rêve, une réalité - Antoine de Saint-Exupéry

Financement de la formation de facilitateur avec la méthode LEGO® SERIOUS PLAY®

La formation de facilitateur avec la méthode LEGO® SERIOUS PLAY® est inscrite à l’inventaire du CNCP sous le numéro 3018 dans la rubrique « concevoir et animer des ateliers coopératifs ».

L’avantage de ce référencement est que cette formation peut être financée par tous les OPCA et par Pole Emploi.

Lien de téléchargement de la dernière liste des formations admis par le CNCP : http://www.cncp.gouv.fr/sites/default/files/media/liste_recensement_inventaire_cp_2017_07_07.pdf

La méthode LEGO® SERIOUS PLAY® et MBS

Dans son plan stratégique, MBS (Montpellier Business School) intégre le LEGO® SERIOUS PLAY® comme méthode d’innovation pédagogique.

Une façon de préparer les générations actuelles, mais pas seulement, aux méthodes différentes et créatives de management.

La méthode LEGO® SERIOUS PLAY® est le moyen idéal pour permettre un changement de posture des managers et également intégrer ces nouvelles postures pour les futurs managers.

@http://urlz.fr/608a

Conférence annuelle de Chicago sur les neurosciences (novembre 2015)

10 neuro-technologies en développement rien que pour notre bien-être

Selon certains scientifiques, l’homme n’utilise que 5 à 10% de son cerveau. Les progrès technologiques récents permettent désormais de développer et d’utiliser des données, des détecteurs, des jeux et autres transmetteurs pour anticiper et traiter certaines de nos défaillances et faiblesses et nous améliorer.
Au cours de cette conférence, pas moins 10 neuro-technologies ont été reconnues, pouvant exploiter nos capacités cérébrales. En voici la liste en français, tout l’article en anglais @ http://urlz.fr/2IZ1


Ne pensez pas trop, lisez !


1. Diagnostic et traitement médicaux facilités grâce au big data
2. Le contrôle cérébral de certains appareils (smart devices)
3. La surveillance cérébrale en temps réel
4. La détection neurosensorielle au service de la conduite
5. Les jeux video cognitifs
6. Les ordinateurs à capteurs d’attention
7. Des traitements thérapeutiques par réalité virtuelle
8. Les détecteurs portatifs de bien-être
9. La simulation collaborative cognitive
10. La stimulation cérébrale électromagnétique

Disparition de Seymour PAPERT

C’est avec un certain pincement au cœur que nous venons d’apprendre la disparition de Seymour PAPERT, survenue dimanche dernier 31 juillet.

Seymour PAPERT

Seymour PAPERT était un mathématicien sud-africain, créateur du langage de programmation LOGO et l’un des pères de l’IA. Ayant rejoint le prestigieux MIT, il est également à l’origine de travaux sur le constructionnisme, qui consacre l’ « apprentissage par la construction », dont on retrouve les fondements dans la pratique d’ateliers utilisant la méthode LEGO® SERIOUS PLAY®.

Merci à Seymour pour avoir éclairé quelque peu l’humanité.

Merci de nous avoir inspiré chez AVEA Partners.

Articles presse décès Seymour PAPERT :

http://urlz.fr/3Vrz

http://urlz.fr/3VrA

Autre liens :

https://pixees.fr/seymour-papert/

http://www.papert.org/

Interview de Robert Rasmussen, concepteur de la méthode LEGO® SERIOUS PLAY®, par Jenn CHOI, du webmagazine QUARTZ en date du 17 septembre 2015.

Voici la traduction de cette interview.

Le lien de l'interview est: 

http://urlz.fr/2y6u

Comment des entreprises utilisent les briques LEGO pour révéler les talents de leurs collaborateurs.


Cet été, l'Université de Cambridge a annoncé le lancement d’un laboratoire de recherche appelé "Professeur LEGO pour le jeu, l'éducation et l’apprentissage. " Avec le soutien de 4 millions de livres sterling (5,4 millions d’euros) provenant de la Fondation LEGO, le nouveau professeur dirigera un département de recherche entièrement consacré à l'étude sur le jeu.


C’est une discipline que connait très bien Robert RASMUSSEN.


A la fin des années 90, Kjeld Kirk Kristiansen, PDG du groupe LEGO, lui a demandé d'explorer comment les briques LEGO pourraient aider une entreprise à améliorer sa planification stratégique, sa communication et sa pensée créatrice. Robert Rasmussen, un ancien professeur de mathématiques et directeur d’école, faisait déjà partie de la famille LEGO : il dirigeait la division éducation de LEGO pour le développement des produits, qui s’intéressait uniquement à l’univers des enfants. Ayant commencé par travailler sur son temps libre, cette activité finit par transformer la carrière de Rasmussen, depuis reconnu comme l’architecte de la méthode LEGO® SERIOUS PLAY®.


« C’est un moteur. C’est comme une langue. C’est une technique sans contenu », déclare Rasmussen au webmagazine Quartz, qui compare la méthode à un système d’exploitation. "Le facilitateur pose une question, puis les participants construisent la réponse à cette question en utilisant des briques LEGO, les assemblant métaphoriquement pour leur donner un sens." dit-il.


Les ateliers peuvent commencer avec une question du type : "Identifiez un défi qui empêche l’entreprise de se développer et construisez votre réponse avec les briques à votre disposition. Vous avez quatre minutes. Go !" Les facilitateurs maitrisent ce processus d’action rapide car ils connaissent les bonnes questions à poser et aident les participants à tirer le sens des réponses qu’ils élaborent avec les briques.
Si l’on devait décrire LEGO dans ce cadre, on pourrait dire que les mains sont en pleine action alors que le cerveau, lui, reste déconnecté.


Tout comme les briques LEGO peuvent être utilisées pour construire une représentation à partir de rien, la méthode LEGO® SERIOUS PLAY® peut être appliquée à tout objectif de l'entreprise, que ce soit pour résoudre une crise de communication ou pour faire évoluer un modèle économique (business model). Rasmussen a été sollicité par des entreprises qui cherchent à résoudre un problème. Ces entreprises proviennent de diverses industries et sont situées partout dans le monde. Pour les plus connues : Google, la NASA, Coca-Cola, Toyota et Unilever.
Alors que le rythme effréné de la technologie pousse à l’innovation et à un mode pensée en rupture, les sociétés sont à la recherche d'approches nouvelles pour relever les défis auxquels elles sont confrontées, souvent avec des méthodes d’apprentissage manuelles ou déconnectées. Si l’on devait décrire LEGO (la méthode LEGO® SERIOUS PLAY®), on pourrait dire que les mains sont en pleine action alors que le cerveau, lui, reste déconnecté.
La méthode LEGO® SERIOUS PLAY® capitalise sur cela en demandant aux mains de trouver une solution que l'esprit n'a pas été en mesure d’identifier lui-même.


Jouer aide à découvrir des horizons jusqu’alors ignorés.


Pensez à l’un de vos mots de passe. Souvent, nous pouvons mieux nous en souvenir si nous le saisissons au clavier. Si le type de clavier change (par exemple d’un ordinateur vers un téléphone) on le tape plus lentement car les doigts ont oublié où se positionner. Rasmussen comprend bien ce phénomène et estime que la méthode LEGO® SERIOUS PLAY® en est l’exemple flagrant.


« C’est pourquoi j’utilise cette analogie : les mains agissent comme un moteur de recherche Google. » dit-il. « Le subconscient nous contrôle. »
LEGO® SERIOUS PLAY® représente justement tout ce qui se rapporte à l’émergence de ces pensées inconscientes. LEGO ouvrent l’esprit aux personnes à ceux qui sont les plus à même de trouver des solutions : les collaborateurs eux-mêmes ne sont pas exclus de ce rôle de conseillers. Mais alors, comment des petites briques destinées à des enfants peuvent-elles y parvenir?


Ce jour-là, le groupe s’est « réveillé » lorsque les membres habituellement les plus réservés ont partagé leur vision pertinente.


“C’est très certainement possible,” a déclaré Robert Litchfield, psychologue spécialisé en organisation et en industrie, professeur agrégé d’économie au collège Washington et Jefferson. Il a également indiqué au webmagazine Quartz qu’utiliser le jeu dans des espaces de travails pour révéler plus de créativité n’est pas une idée nouvelle en soi et n’a pas été forcément voulue. Litchfield insiste sur le fait qu’utiliser des briques au sein d’une réunion permet de créer les conditions d’un environnement propice à une forme de sécurité psychologique.


“Vous leur [collaborateurs] indiquez que la créativité est l’objectif et vous créez les conditions d’un environnement propice à ce qu’ils se révèlent. " Litchfield a également mentionné qu’une fois ces conditions réunies, il y a d’autant plus de chances d’augmenter les contributions au sein du groupe.


Rasmussen réalisa le véritable potentiel de la méthode LEGO® SERIOUS PLAY® après avoir développé, chez LEGO Education, un prototype expérimenté il y a 17 ans au sein de sa propre équipe. Le groupe s’est réveillé lorsque les membres habituellement les plus réservés ont partagé leur vision pertinente. Demandant à l’un d’entre eux pourquoi il n’avait jamais contribué auparavant à ce travail, le participant lui répondit : « Parce qu’on ne me l’avait jamais demandé ! »


La méthode LEGO® SERIOUS PLAY® est souvent bien accueillie en raison du principe 80/20 appliquée aux réunions : 20 % du groupe prend la parole 80% du temps, avec les mêmes personnes agissant au cours de la conversation. Inévitablement, une personne propose une idée, une autre la rejoint en y apposant sa propre modification, une autre n’écoute pas mais se concentre sur ce qu’elle va ajouter à son tour, une autre aura tout simplement renoncé et ne sera plus dans la réflexion du groupe. "Ce genre de mécanisme est très précisément ce que la méthode LEGO® SERIOUS PLAY® cherche à éliminer," déclare M. Rasmussen.


Libérer la créativité


Le magazine Quartz a interviewé le responsable des ressources humaines d’une entreprise internationale de conseil en services, sous couvert d'anonymat. Cette entreprise a fait appel à la méthode LEGO® SERIOUS PLAY® afin d’inaugurer la première journée d’un programme de formation accéléré en leadership. Elle a mis au point ce nouveau programme pour aider des managers rigoureusement sélectionnés à développer leur talent de leader. Les participants ont suivi près de 100 heures de cours sur une période de huit mois.


Le premier jour, dans cet atelier animé par Rasmussen, les stagiaires ont été invités à répondre à la question: «Décrivez la différence entre un manager et un leader ». En référence aux préceptes stricts de la méthode LEGO® SERIOUS PLAY®, un lot identique de briques LEGO a été alloué à chaque participant, la durée du challenge ayant été fixé à 4 minutes.


Le responsable des RH a déclaré qu’il s’était révélé essentiel d’avoir démarré ce programme avec cet atelier utilisant la méthode LEGO® SERIOUS PLAY®. Son objectif initial était véritablement de favoriser un état d’esprit différent tandis qu’il décrit ce qui se serait passé sans utiliser les briques LEGO : « Des réponses standard auraient surgi, du type ‘un manager est une personne d’action alors qu’un leader est visionnaire’, » dit-il. « C’est pour cela que nous avons voulu utiliser la science de la méthode LEGO® SERIOUS PLAY® en cela que si l’on est occupé avec les mains, vous l’êtes ensuite avec l’esprit. »


" La plupart des gens pense qu'il est difficile d'amener les collaborateurs à exprimer leur créativité au travail parce que les mesures d'incitation s’y opposent", déclare Litchfield . Ces mesures d’incitation (incentive) sont plutôt habituellement dédiées à l’atteinte des performances courantes. “Nous aimons à réfléchir à cette créativité tout le temps, mais ce n’est pas toujours donné. Je veux dire par là qu’une organisation qui se concentre sur la créativité en permanence aboutira inévitablement à un échec. » Litchfield explique qu’en général, la créativité au travail est minoritaire est qu’elle fait surface lorsque le besoin de renouveau se fait ressentir.


Dans le cadre de ce programme de leadership dédié aux managers, ceux-ci ont donné des descriptions variées de la différence entre manager et leader. Le plus intéressant était la manière dont ils ont construit leur description/réponse. L’une des constructions représentait une personne regardant une voiture s’en aller. Alors que cette image est plutôt banale, la description rendue était assez profonde : « Il peut être bien plus difficile de se représenter une situation qu’une situation que l’on imagine. Cela nécessite de prendre du temps pour y parvenir, risquant ainsi de ne pas en saisir toute l’opportunité. »

 

Une autre construction représentait une personne assise seule avec un mur la séparant de ses collègues. Elle était titrée : « Arrêter de faire des réunions avec moi-même. » ce qui, en d’autres termes, signifiait que le participant s’interrogeait trop l’opportunité de partager ou non propres ses réflexions.


Pour les managers de ressources humaines comme celui que j’ai interrogé, il n’y a aucun doute que la méthode LEGO® SERIOUS PLAY® a été efficace. « A l’issue d’un atelier utilisant la méthode LEGO® SERIOUS PLAY®, les gens ne sont plus les mêmes». Le manager des ressources humaines en question a lui-même suivi la formation de facilitateur à la méthode et dispense désormais des ateliers, sans plus faire appel à R. RASMUSSEN.


Jeu sans frontières


Ioanna Tsitoura , directeur des ressources humaines chez WIND , un fournisseur majeur de télécommunications en Grèce, a été chargée d'intégrer les nouvelles valeurs de l'entreprise au sein des 1.000 collaborateurs de l’entreprise.


«Nous voulions obtenir de l’adhésion, de la compréhension, de l'engagement et dans le même temps motiver nos collaborateurs et renforcer l’esprit d'équipe soudée, » déclare-t-elle au webmagazine Quartz. Afin de gérer le grand nombre de participant et veiller à ce que les ateliers soient effectués en langue grecque, Tsitoura a fait appel à agence locale dans l’objectif d’être formée à l’animation d’ateliers couvrant un large public.
Tsitoura a sélectionné la méthode LEGO® SERIOUS PLAY® parce que cela permettait au groupe de s'asseoir, d'interagir, et de "jouer" les uns avec les autres. Son objectif était de réunir des collaborateurs de différents niveaux, aussi bien des agents du centre d'appels que des directeurs de division, de les faire interagir ensemble, de faciliter la libre réflexion à propos des nouvelles valeurs de l'entreprise, et «les faire mieux s’exprimer que sur le papier." Tsitoura a pu recueillir les retours des salariés et mettre au point un manuel qui, par la suite, est devenu un document clé chez WIND.


"Bien que le message était par nature simple, compliqué et sujet à interprétation, nous avons obtenu un très bon résultat en investissant seulement quelques heures pour chaque participant," dit-elle.


Dans ce scénario, Litchfield qualifie les jouets de "objets aux frontières": les constructions de chacun peuvent être interprétées de manière différente par les autres participants. Ces objets aux frontières peuvent réduire les tensions et aider chaque partie à comprendre le point de vue de l’autre. "En voyant cette représentation en face d'eux, les personnes peuvent échanger malgré leurs différences fonctionnelles."
Que des adultes trouvent des solutions en jouant avec des briques LEGO ne devrait pas surprendre. Cela ne devrait pas seulement être le fait de théories défendues par certains experts.


Alors, accordons plus de crédit à certaines de nos grandes influences : nos propres enfants. Leur obsession pour les briques, le côté merveilleux de ces petites figurines ne peut qu’éveiller la curiosité dans l’esprit des adultes. Dès lors, il n’est pas étonnant que ces briques magiques et modulables soient utilisées pour aider à partager des idées et à collaborer de façon créative dans tout type de situation, allant de la salle de jeux à la salle de réunion.


Lien de l’article en langue anglaise :


http://urlz.fr/2y6u

WIN AND WEB • création sites internet Yvelines - © Copyright 2014 AVEA PARTNERS

HTMLhtml5 validationCSScss3 validation